14 novembre 2011

Week-end à Aomori

    Ce week-end, je suis allée à Aomori dans le cadre d'un tour destiné à promouvoir le tourisme étranger dans le Nord du Japon. Aomori, c'est le nom de la préfecture qui se situe au nord d'Akita et à l'extrême nord de l'île principale du Japon. C'est aussi le nom de la ville principale de cette préfecture.

     Nous étions 20 élèves de quatre facs différentes. Comme d'habitude, il y avait une majorité de sinophones, mais aussi deux Vietnamiennes, deux Coréennes, et deux Américains.

     Tout d'abord, nous avons visité le centre culturel Wa Rasse, à Aomori (City), qui expose des chars utilisés lors du festival Nebuta matsuri, qui a lieu chaque année début août. Lors de ce festival, des espèces de lanternes géantes modelées en forme de guerriers et d'animaux en tous genres sont promenées dans les rues dans une ambiance particulièrement festive paraît-il. C'était très impressionnant et ça m'a vraiment donné envie de voir ce festival en vrai.

P1000105

P1000114

 P1000109

     Ensuite, comme nous avions un peu de temps libre, je suis allée à ASPAM, juste à côté de Wa Rasse, qui est LE bâtiment emblématique de la ville d'Aomori en raison de son architecture en forme de triangle. A l'intérieur, il y a un étage panoramique avec vue à 360° sur la baie et la ville.

P1000124

P1000125

P1000127

    Puis nous avons pris la route direction Sukayu onsen. C'est une onsen (station thermale) assez réputée... notamment pour son bain mixte ! Personne n'a tenu à tenter l'expérience ceci dit. Au Japon, dans les onsen, l'on doit se déshabiller ; pas possible de se baigner en maillot de bain. C'est pourquoi les bains sont généralement séparés par sexe. A ce que j'ai appris pendant mon cours sur l'histoire des toilettes et des bains (qui eut cru que ça me servirait un jour !), les bains mixtes existent depuis l'ère d'Edo (1600-1868), mais même à l'époque le gouvernement avait essayé de les faire interdire car dans pas mal d'endroits les bains mixtes cachaient un fait de la prostitution. Il n'a cependant pas réussi à éradiquer le phénomène. En 1853, quand le commodore Perry arrive au Japon, il est scandalisé par le manque de pudeur des Japonais. Sous l'ère Meiji (1868-1912), sous l'influence des Occidentaux qui condamnaient ce genre de pratique, les bains mixtes ont fini par quasiment disparaître. Cela dit je viens de lire qu'en Allemagne aussi il y avait des saunas mixtes où les gens se baladent tous nus, donc peut-être que ça ne choque pas les Allemands... Mais de toutes façons je pense que le Japon est plutôt influencé par la culture anglosaxone en général.En tous cas de nos jours, il existe encore des onsen avec des bains mixtes, mais c'est quand même assez rare, et en général les hommes ont l'air plus enthousiastes que les femmes à l'idée de se baigner ensemble.

     Enfin, nous sommes allés au lac Towada, en longeant un joli cours d'eau, la rivière d'Oirase. On a eu droit à une séance de canoe sur le lac. J'ai été impressionnée par la transparence de l'eau, qui d'après le guide permet de voir jusqu'à 10 mètres de profondeur. Towada et Oirase sont réputés comme étant des endroits magnifiques en automne quand les érables changent de couleur, mais malheureusement pour nous les feuilles étaient déjà quasiment toutes tombées. C'est dommage parce que ça a vraiment l'air fabuleux à la bonne période, qui devait être il  a une ou deux semaines (ou tout simplement quand il y a des feuilles sur les arbres !).

P1000139

P1000142

    Dimanche, nous avons marché un peu le long du lac avant de visiter le musée d'art moderne de Towada, qui comme son nom ne l'indique pas ne se trouve pas spécialement à côté du lac. Je n'avais jamais entendu parlé de ce musée donc je ne m'attendais pas forcément à quelque chose d'exceptionnel, mais en en fait c'était très bien. La plupart des oeuvres sont jolies, étonnantes ou ludiques, bref on passe un bon moment. Et le bâtiment lui même avec ses grandes baies vitrées et assez beau. Les artistes exposés sont japonais mais aussi coréens, argentins, australiens, anglais, etc.

P1000144

P1000155

P1000156

     Enfin, nous sommes allés à Hachinohe, sur la côte est, où nous avons appris à graver notre propre sceau dans un centre culturel de la ville. Au début ça a l'air simple, mais comme toujours dans ces cas-là, ça ne l'était pas tant que ça. Puis nous avons visité le marché au poisson, qui contrairement à celui de Tôkyô ressemble plus à un supermarché qu'à un marché. Il y avait aussi des produits locaux en vente, comme des gâteaux à la pomme (LA spécialité d'Aomori) ou encore à l'encre de seiche, qui contre toute attente pour ces derniers étaient très bons. Il y avait aussi toutes sortes de poissons et de coquillages bien sûr, et pourtant (heureusement !) ça ne sentait absolument pas le poisson. Puis nous sommes rentrés à AIU après moultes péripéties ferroviaires.

     Nous avons eu de la chance pendant ces deux jours car globalement il a fait très beau. La région fait des efforts pour essayer de mieux accueillir les touristes étrangers, qui sont malheureusement de plus en plus rares à visiter le nord du Japon depuis le tsunami. Pourtant les populations du nord du Japon ont besoin du tourisme, et donc pour ceux qui liraient ce blog et qui connaissent déjà les must-see du Japon (Tokyo et Kyoto-Nara, à mon avis), je vous conseille vraiment de venir visiter le nord, parce qu'il y a pas mal d'endroits et de festivals qui valent la peine d'être vus. 

Posté par Olivia64 à 04:43 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Week-end à Aomori

    Merci.J ai appris plein de chose et suis tout à fait partante pour visiter aomori.....à une autre saison

    Posté par okaasan, 15 novembre 2011 à 22:28 | | Répondre
Nouveau commentaire