27 août 2011

Résumé des épisodes précédents

Bon, j'ai un peu honte d'avoir autant tardé à réecrire sur ce blog... Ces derniers mois j'ai été très occupée entre les devoirs à rendre pour le Master 2, le stage, et mes cours à AIU. Mais surtout, j'étais déprimée, donc il me fallait faire des efforts considérables pour ne serait-ce que répondre aux emails (désolée à tous ceux que j'ai snobbés. N'y voyez rien de personnel). Mais j'espère bien repartir sur de nouvelles bases avec ce nouveau semestre qui commence.

Je vais donc essayer de résumer ce que j'ai fait pendant tout ce temps. De février à mars, j'ai fait un stage dans une agence de voyage à Paris. J'étais censée revenir au Japon au début du mois d'avril, mais après le tsunami du 11 mars, la rentrée a été repoussée et je suis restée 15 jours de plus en France. D'après mes amis qui étaient à Akita lors du séisme, il n'y a pas eu de conséquences graves dans la région, si ce n'est une panne de courant qui a duré deux jours (et à cette époque de l'année, il fait très froid et les journées sont courts, donc les gens avaient hâte que l'électricité revienne). Quand je suis rentrée à Akita un peu plus d'un mois après le séisme, rien n'avait l'air d'avoir changé... à part le nombre d'étudiants étrangers ! A ce que j'ai entendu, nous sommes passés d'environ 150 à à peine une trentaine d'étudiants étrangers... En tous cas la différence était vraiment frappante. J'ai aussi remarqué que pour la première fois depuis que je suis au Japon, j'avais l'impression que les gens me regardaient, comme si ce n'était plus normal de voir des étrangers. Mais une chose est sûre : les Japonais sont très contents de voir des étrangers dans leur pays, donc vous tous qui lisez ces lignes, si vous avez l'occasion, n'hésitez pas à venir au Japon ! Après le séisme, beaucoup de nos clients à l'agence de voyage disaient ne pas vouloir faire du tourisme de voyeur dans un pays touché par la tragédie, mais

 

1) la seule région qui a réellement été touchée est celle de la côte est du Tôhoku, où les touristes n'allaient déjà pas à la base. Donc si vous allez à Kyôto, vous ne risquez pas de voir des gens ramasser les débris de leur maison dévastée... Aucun danger de tomber dans le voyeurisme. D'ailleurs à ce que m'ont dit des personnes qui vivent à Kyôto, le séisme a à peine été ressenti là-bas, et au quotidien la vie est tout ce qu'il y a de plus normal. Mais j'ajouterais aussi que même dans les villes plus proches des endroits ravagés par le tsunami, la vie semble suivre son cours normalement (du moins d'un point de vue purement matériel). Il faut vraiment être près de la côte pour voir des quartiers entiers détruits par les vagues. 

 

2) je ne compte pas le nombre de fois où l'on m'a remerciée d'être revenue au Japon après le tsunami et les problèmes à Fukushima. Une vieille dame m'a même remercié de "sauver le Japon" ! Il faut dire que depuis les problèmes de Fukushima, beaucoup de Japonais ont l'impression qu'on les traite plus ou moins comme des pestiférés (bien qu'ils admettent que dans des circonstances similaires dans un pays étranger, ils feraient sans doute comme la plupart des étrangers qui étaient au Japon pendant le tremblement de terre et rentreraient chez eux). Les Français sont d'ailleurs particulièrement perçus (par les Japonais mais aussi par les autres étrangers résidant au Japon) comme ayant tous définitivement quitté le pays (un monsieur m'a même dit le plus sérieusement du monde : "ce n'est pas possible ! Ils sont tous partis" lorsque je lui disais que j'étais Française...).
 
Bref, tout ça pour dire : n'hésitez pas à venir au Japon ! De nombreux établissements qui vivent du tourisme connaissent une situation difficile en ce moment en raison de la baisse nette de visiteurs étrangers au Japon. Leur rendre visite est la meilleure façon de les soutenir.

Allez, quelques petites photos de hanami ! Il y a deux endroits très réputés pour les cerisiers en fleurs dans le Tôhoku : Kakunodate (préfecture d'Akita), célèbre pour son quartier de maisons de samurai, et Hirosaki (préfecture d'Aomori), réputée pour ses pommes et son château.
 
Kakunodate
IMG_5204

Hirosaki

IMG_5327

IMG_5338

IMG_5405 

IMG_5407

IMG_5461

IMG_5457

IMG_5458

IMG_5464

A propos de Hirosaki : c'est simple, je n'avais jamais rien vu d'aussi beau. Mes photos ne rendent pas forcément très bien, mais c'était juste magnifique. Je me suis sincèrement dit (et ce n'est pas le genre de pensées qui me vient souvent à l'esprit) : "c'est à ça que doit ressembler le paradis".Ca vaut carrément le coup d'aller jusqu'à Hirosaki rien que pour voir ça. 

Je mettrai prochainement des liens vers toutes les photos que j'ai prises ces derniers mois. Au programme : Kakunodate et Hirosaki, mais aussi Kantô Matsuri (le festival le plus important d'Akita, qui a lieu début août), la péninsule d'Oga (préfecture d'Akita), et l'Indonésie (où je viens de passer deux semaines de vacances).

Pour finir, une dernière petite photo prise à Hirosaki, qui est très représentative de ce que l'on peut voir partout dans le Tôhoku en ce moment (et peut-être dans tout le Japon ? Mais avec plus de force dans le Tôhoku je pense. A Akita, on ne peut pas passer à côté ; tandis qu'à Tôkyô, c'est beaucoup moins évident il me semble) : 

IMG_5459

Ce que l'on voit sur cette lanterne, c'est la mascotte de la ville, Takamaru-kun (kawaiiiii~) brandir une banderole où il est écrit : "Ganbarô Tôhoku !" (がんばろう東北!), ce qui signifie "faisons de notre mieux, Tôhoku !". "Faire de son mieux" ("ganbaru") est un mot très cher aux Japonais, qui l'utilisent tout le temps (par exemple, "bonne chance !" se dit "fait de ton mieux !"... eh oui, au Japon il vaut mieux s'aider soi-même plutôt que d'attendre que la chance ne nous tombe dessus. Depuis le séisme, l'on peut voir des banderolles "Ganbarô Nippon!" et "Ganbarô Tôhoku!" partout dans tout le Tôhoku. Je ne sais pas s'il en est de même dans les autres régions ; j'imagine que oui, mais dans une bien moindre mesure. Mais ici évidemment les gens prennent l'effort de rétablissement du Japon très à coeur. Même si dans la vie de tous les jours tout semble normal, à part peut-être une plus grande propension à faire des économies d'énergie, il est difficile d'oublier ce qui s'est passé le 11 mars dernier. Surtout que les zones dévastées sont encore loin d'être nettoyées et réhabilitées, les rescapés ont besoin de temps pour pouvoir recommencer à vivre normalement, et les habitants du Tôhoku en général qui vivent de l'agriculture et du tourisme se retrouvent dans une très mauvaise situation à cause des problèmes à Fukushima. Des personnes viennent de tout le Japon jusqu'ici pour faire du volontariat dans les zones sinistrées et du tourisme dans le reste du Tôhoku. Mais j'ai peur que cela prenne quand même beaucoup de temps pour que le Tôhoku, qui était déjà à la base la région la plus pauvre du Japon, puisse se remettre... A priori, les banières "ganbarô Tôhoku !" ne devraient pas disparaître de sitôt.

Posté par Olivia64 à 18:47 - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Résumé des épisodes précédents

    Yeaaaaah!!!! She's BACK!!!

    Posté par Clothilde, 28 août 2011 à 10:41 | | Répondre
  • que je suis contente de voir ce blog qui reprend.....j espere qu il va continuer jusqu en aout 2012.Ces photos de cerisiers nous donnent vraiment envie de venir en avril!

    Posté par okaasan, 02 septembre 2011 à 19:12 | | Répondre
  • Ah, contente de te lire ,les nouvelles sont plutôt bonnes .
    Les cerisiers en fleurs sont magnifiques ,allez continue ton blog .

    Posté par Gege, 11 septembre 2011 à 16:02 | | Répondre
Nouveau commentaire